Tech for Green : Renouvellement du système de chauffage et de refroidissement de l’EPFL à Lausanne

Aller vers le contenu

Challenge

Les infrastructures de chauffage et de refroidissement de l’EPFL et de l’Université de Lausanne étaient obsolètes, inefficaces et généraient d’importantes émissions de CO2. Le campus universitaire était chauffé grâce à une centrale thermique et à la station de pompage des Pierettes. Cette station est constituée de deux pompes à chaleur, alimentées par deux turbines au fuel.

Solution innovante

Afin d’aider l’université à basculer vers 100 % d’énergies renouvelables pour alimenter son système de chauffage et de refroidissement, Bouygues Energies & Services a repensé et modernisé son infrastructure thermique de manière à réutiliser autant d’énergie et d’eau que possible. La capacité de la station de pompage des Pierettes a doublé grâce à l’installation d’un réseau de canalisations renforcé. La centrale thermique s’est agrandie avec quatre nouvelles pompes à chaleur. Deux turbines au fuel ont par ailleurs été supprimées. La centrale thermique a également été surélevée pour abriter un centre de données, couvert de panneaux solaires photovoltaïques.

Fonctionnement

L’eau du lac Léman est pompée par la station de pompage des Pierettes. Une partie de cette eau va directement dans le réseau de refroidissement du campus, tandis que le reste est acheminé jusqu’à la centrale thermique. Les pompes à chaleur extraient l’énergie de l’eau et la convertissent en chaleur, pour chauffer les bâtiments du campus. Ce procédé refroidit l’eau, qui peut ensuite être réacheminée dans le réseau de refroidissement du campus. Simultanément, de l’eau chaude est produite à partir du réseau de refroidissement, et peut être réacheminée dans les pompes à chaleur pour être utilisée dans le réseau de chauffage. En outre, le centre de données est refroidi par les rejets d’eau froide de la centrale thermique et chauffe l’eau grâce à la chaleur dégagée par les serveurs de données.

Bénéfices client

La récupération et la réutilisation des déchets thermiques permettent de réduire la quantité d’eau du lac initialement pompée. « L’eau du lac alimente les pompes à chaleur, mais a bien d’autres utilités, » explique Vicent Pelejero, chef du projet. « Elle permet de refroidir les bâtiments, de desservir le réseau d’eau industrielle ou de refroidir le centre de données. » Les pompes à chaleur n’étant plus alimentées par des turbines au fuel, la nouvelle infrastructure thermique a permis de réduire les émissions de 1800 tonnes de CO2 par an.

Chiffres clé

1 800 tonnes de CO2 supprimées chaque année grâce à ce projet.

Niveau de maturité

Niveau 1 : Preuve de concept ou test en laboratoire

Niveau 2 : Testé en conditions réelles

Niveau 3 : Solution commercialisée


Lire d’autres Projets